samedi 1 août 2015

« Le syndrome du pire » de Christoffer Carlsson

Résumé :

Le corps d’une jeune droguée est retrouvé dans l’immeuble où habite Leo Junker, flic aux affaires internes. Leo s’intéresse à l’enquête dans la mesure où un indice présent sur la scène de crime le relie à son propre passé. De plus, le meurtrier se met en contact avec lui. Leo se replonge dans son adolescence. La culpabilité le ronge.






Mon avis :

J’ai trouvé le début de ce livre très accrocheur, avec un style percutant, une intrigue policière qui démarre vite et un personnage principal prometteur.
L’auteur revient sans cesse sur le passé de Leo, ce qui est inévitable pour comprendre le scénario, les tenants et les aboutissants. Je ne suis pas une adepte des retours en arrière mais cette technique passe plutôt bien dans ce livre.
L’enquête avance bien, jusqu’au moment où les soupçons que le lecteur et le personnage principal ont sur l’identité du tueur se confirment. Et là, j’ai trouvé que le rythme chutait, que l’auteur éludait presque les problèmes de Leo, à savoir ses excès en tous genres, pour se concentrer sur la traque solitaire du tueur.
Je suis un peu déçue par la dernière partie du roman qui a perdu de son intensité. Il est vrai que comme souvent avec les livres qui démarrent fort, il est difficile d’obtenir un final retentissant.
Malgré tout, Leo Junker est un personnage intéressant, à la fois critiquable et attachant. Je lirai la suite de ses aventures lorsqu’elle sortira.


Lu en : 6 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire