lundi 20 mai 2013

« Meurtres pour rédemption » de Karine Giébel


Résumé :

Marianne a 20 ans. Elle est condamnée à perpétuité pour meurtres. La vie en prison lui est insupportable : la violence entre détenues, la prostitution forcée, l’injustice des surveillantes, l’addiction à la cigarette et à la drogue. Un espoir s’offre à elle lorsque des policiers lui proposent un assassinat contre sa libération.






Mon avis :

« Meurtres pour rédemption » représente pour moi un vrai chef d’œuvre de la littérature.
Karine Giébel signe un roman d’une intensité exceptionnelle. J’ai rarement été aussi bouleversée après la lecture d’un roman.
Les personnages sont extrêmement attachants. La violence de Marianne n’a d’égal que sa fragilité. Le lecteur partage ses peines, ses réactions, son sentiment d’injustice, sa révolte.
L’univers carcéral est d’une violence incroyable, ce qui n’a rien de nouveau, mais Karine Giébel parvient à nous le faire ressentir.
Le roman comporte plus de 900 pages et malgré tout, je n’y ai pas trouvé de longueurs. Il se divise en deux parties : l’enfermement puis la libération sous conditions, ce qui redonne du rythme.
D’une tristesse infinie, il vaut mieux ne pas être trop déprimé lorsque l’on en entame la lecture. Les livres lus après paraissent fades, il faut quelques jours pour s’en remettre.
Je me demande rarement ce que donnerait une adaptation au cinéma des romans que je lis, mais pour « Meurtres pour rédemption », je serais vraiment curieuse de voir ce que cela donnerait.

Bref : une lecture absolument exceptionnelle.

Lu en : 3 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire