samedi 1 novembre 2014

« La tristesse du Samouraï » de Victor del Arbol

Résumé :

Maria est une avocate dont la carrière a décollé depuis qu’elle a fait condamner un inspecteur jugé coupable d’une bavure policière. Il se trouve que ce policier, déterminé à retrouver sa fille disparue, n’est pas sans lien avec l’histoire familiale de Maria. Celle-ci va devoir creuser son passé et celui de son père, mais pas seulement. Sur les traces d’une femme infidèle trahie par son amant quarante ans auparavant, elle va s’apercevoir que le cours de l’Histoire peut se trouver changé et avoir des conséquences considérables sur sa vie.



Mon avis :

« La tristesse du Samouraï » est un livre à la construction aussi riche que complexe. La qualité d’écriture de Victor del Arbol est incontestable. Chaque mot est utilisé avec justesse.
L’auteur construit une histoire sur plusieurs générations, où les chapitres alternent entre les années 40 et les années 80. Il est préférable d’avoir une lecture calme et concentrée pour comprendre les ficelles du scénario et profiter de la qualité du roman.
L’aspect polar du livre est en léger filigrane tout au long des pages et prend toute son ampleur dans les derniers chapitres.
Les personnages sont très bien construits et leur psychologie est finement abordée.
Victor del Arbol travaille pour la police catalane, mais il a suivi des études d’histoire. Ce mélange des matières se retrouve très bien dans son ouvrage dont la qualité est immense.
Il est dommage que j’aie mis beaucoup de temps à lire ce roman, ce qui ne m’a pas permis de l’apprécier à sa juste valeur.


Lu en : 11 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire