dimanche 1 juin 2014

« N’éteins pas la lumière» de Bernard Minier

Résumé :

Christine Steinmeyer est une célèbre animatrice de radio. Le soir de Noël, elle trouve une lettre écrite par une personne annonçant qu’elle va se suicider. Christine est persuadée que cette missive ne lui est pas destinée, mais les évènements qui s’enchaînent dans sa vie lui font penser qu’il n’y a finalement pas de hasard et l’étau se resserre autour d’elle.
Alors que le commandant Servaz se repose dans une maison spécialisée, il reçoit par la poste la clé d’une chambre d’hôtel, chambre dans laquelle s’est suicidée une artiste l’année dernière. Servaz ne peut s’empêcher de rouvrir l’enquête.


Mon avis :

J’ai trouvé la troisième enquête du commandant Servaz légèrement moins réussie que les deux premières qui m’avaient beaucoup enthousiasmée, mais « N’éteins pas la lumière » reste un excellent thriller.
Plus centré sur la victime d’une machination, Christine, le roman laisse moins de place à Servaz, d’où ma légère déception. De plus, le personnage de Servaz est affaibli par sa dernière enquête et ne parvient pas vraiment à redevenir le policier plein d’entrain qu’il était auparavant. Très peu de scènes font apparaître ses fidèles lieutenants, c’est dommage.
Toutefois, le scénario de ce thriller est très bien mené. Les rebondissements sont multiples et surprenants. Certains passages sont assez durs. Les personnages qui entourent Christine sont travaillés et intéressants.
Ce livre m'a rappelé par certains moments « Juste une ombre » de Karine Giébel par ses aspects relatifs à l'isolement et à la manipulation de la victime.
J’attends la suite des aventures de Servaz avec beaucoup d’impatience. Le talent de Bernard Minier ne fait que se confirmer. J’adore.


Lu en : 9 jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire